Musée NICOLAS POUSSIN

Ville des Andelys

Exposition à venir

D'avril à septembre 2018

Célébration des 50 ans de la mort de René Sautin, peintre

1968-2018

 

René Sautin

(1881-1968)

 

René Sautin est né à Montfort-sur-Risle (Eure).

Ayant eu une formation d’architecte aux Beaux-arts, le dessin restera durant toute sa vie un moyen d’expression essentiel : croquis, esquisses, caricatures…L’artiste se promène toujours avec un carnet de croquis à la main saisissant la mouvance de la nature, les physionomies des personnes qu’il croise.

En 1911, René Sautin quitte Paris afin de s’installer aux Andelys avec son épouse Marthe.

Ses œuvres de jeunesse restent très influencées par son maître Albert Lebourg. Mais il est très vite attiré par une peinture « fauve » à la touche large, puissante accompagnée de couleurs vives animant un dessin au trait large et vigoureux.

La période d’avant-guerre révèle une grande productivité artistique. Amoureux des Andelys, René Sautin  ne cesse de peindre les bords de seine et le Château-Gaillard. Il s’installe souvent aux mêmes endroits et son génie créateur lui fait produire une œuvre nouvelle  à chaque fois.

Le 8 juin 1940, les Allemands bombardent et détruisent la ville à quatre-vingt-dix pour cent. Tout le centre -ville disparaît sous le pilonnage des bombes incendiaires. René Sautin réalise le lendemain du désastre une série d’aquarelles, véritable témoignage de cette vision cauchemardesque.

Ensuite son œuvre évolue vers un dessin plus soutenu cerné de noir profond. Les années 1950 marquent l’apogée de ce dessin puissant et architecturé.

A la fin de sa vie, l’artiste perd progressivement la vue. Il compense sa perte de vision en chargeant ses œuvres de touches très larges aux couleurs violentes. Sa création devient alors une symphonie fantastique où se heurtent une multitude de tons vifs.

Il s’arrête de peindre en 1964.

 René Sautin meurt dans la plus grande pauvreté, en 1968, à l’hôpital Saint-Jacques du Petit-Andely.

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil EVENEMENTS Exposition à venir