Musée NICOLAS POUSSIN

Ville des Andelys

Expositions passées

Exposition "Exquises esquisses" de René Sautin

Du 16 avril au 25 septembre 2016

      


Dans le cadre du festival Normandie impressionniste

 Le musée Nicolas Poussin possède un fonds de caricatures réalisées par René Sautin (1881 Montfort-sur-Risle; 1968 Les Andelys), artiste de l'Ecole de Rouen, installé aux Andelys à partir de 1911.

Davantage connu pour ses peintures des bords de Seine, René Sautin a aussi croqué avec talent les figures locales des Andelys dans les années 1930 : hommes politiques, notaires, prêtres, docteurs, érudits... L'artiste aime mêler caricatures de personnes et de situation chargeant ainsi le sujet dans son rôle social. Le tracé linéaire et souple est parfois rehaussé d'encre de chine, de stylo bille ou d'aquarelle.

 

Exposition "Jardin defemmes" de Dominique Denry

Du 25 juin au 28 août 2016

 

  12 sculptures de l'artiste vont se déployer dans le jardin du musée.

 La femme occupe une place centrale dans l'oeuvre de Dominique Denry.

 Elle n'a cessé de nourrir ses interrogations sur le passage du temps et le caractère éphémère de la vie.

 Ses oeuvres cherchent à fixer un état d'équilibre, à provoquer une réflexion ou à traduire un moment de grâce.

 

 

 

 

 

Eloge du tracé

Exposition proposée par le FRAC de Haute-Normandie du 5 juin au 20 septembre

2015-Les dessins de quatre artistes femmes, figures marquantes de l'art

contemporain, ont été exposés: Silvia Bächli, Iris Levasseur, Chloe Piene et

Anne-Marie Schneider

 

Le Temps des collections

Prêt d’une œuvre de Nicolas Poussin par le musée des Beaux-arts de Rouen

Du 17 mai 2014 au 30 septembre 2014 - Exposition prolongée au 8 octobre !

 

A l’occasion du Temps des collections, le musée des Beaux-Arts de Rouen prête au musée de la Ville des Andelys une œuvre attribuée à Nicolas Poussin, « Saint Denis couronné par un ange », peint vers 1620/1623.

Cette œuvre de jeunesse représente un sujet religieux. Elle a été réalisée pour l’église parisienne Saint-Germain-l’Auxerrois.  Le « Saint Denis » sera confronté au tableau « Coriolan supplié par sa famille » appartenant aux collections du musée Nicolas Poussin. Peinte vers 1652, « Coriolan » est une œuvre qui révèle la plénitude artistique de  Nicolas Poussin. Elle illustre un tragique passage de l’histoire romaine.

La confrontation des deux œuvres révèle dans le « Saint Denis » un artiste lettré, séduit par un art aspirant à une perfection de la réalité. Le « Coriolan », œuvre de maturité, souligne l’apogée technique de l’artiste, son amour de la rigueur et son attachement aux vertus de l’Antiquité.

Ces deux œuvres permettent d’évoquer le parcours de Nicolas Poussin et son évolution artistique de Paris à Rome.

 

 Seine d'inspiration

Les Andelys vus par les peintres

Du 4 mai au 29 septembre

 

Savez-vous que la ville des Andelys a été le lieu d’inspiration de nombreux peintres à la fin du XIXème et au début du XXème siècle ? L’exposition « Seine d’inspiration » vous permettra de découvrir les œuvres de ces artistes, fascinés par les bords du fleuve et la silhouette de Château Gaillard. A l’instar des impressionnistes, René Sautin, Eugène Clary et Adolphe Albert ont peint en plein air, cherchant à retranscrire le mouvement incessant de la lumière sur l’eau. Jeux de reflets et diverses embarcations ponctuent ces vues de la Seine, représentée à de multiples reprises par les peintres membres du Foyer des artistes andelysiens.

 

 

 Bords de Seine et Château-Gaillard - Adolphe Albert (1853-1938)

 

Pour les enfants de 6 à 12 ans accompagnés d'un adulte, le livret-jeu de l'exposition est disponible à l'accueil.

 

Cette exposition s'inscrit dans le festival Normandie Impressionniste

 

 

 

 

Ecart calligraphique

 Christian Zimmermann

Du 9 mars au 7 avril

 

Christian Zimmermann est un véritable plasticien de l’écriture.

Après des études de philosophie, il transpose ses réflexions, ses recherches et les textes de ses auteurs favoris dans le domaine des arts plastiques.

L’artiste s’initie d’abord à l’art du dessin de l’écriture. Puis, il s’est appliqué à modeler les mots et les pratiques de la calligraphie « traditionnelle » afin d’apporter à sa création une dimension poétique, ludique et architecturale se fondant dans l’art contemporain. Professeur à la maison des arts à Evreux, il y anime des ateliers créatifs autour de la calligraphie. Son art met en scène le trait, le plein, le vide, le sens des mots. L’ensemble est animé de manière ludique. L’artiste joue sur la souplesse de l’écriture en la transformant en divers éléments figuratifs. La réalité apporte ainsi plein de réponses au questionnement.

Christian Zimmermann s’est inspiré, dans sa forme et ses principes, du « haïku » japonais*. Le trait qui forme les mots devient ainsi le fil conducteur de la vie en mouvement qui relie la naissance et la mort. Comme l’existence terrestre, le trait des mots qui compose une phrase se termine par un point final… ou un point d’interrogation.

*écrits condensés et codifiés allant à l’essentiel et à l’évanescence.

 

 

 

 

SENSATIONS

Œuvres d'Alain Corblin
Du 20 octobre au 25 novembre

fond bleu et gerbes noires, blanches et jaunesAprès une carrière de modeliste et de designer, Alain Corblin entame sa retraite en se consacrant entièrement à sa passion, la pratique de la peinture. Son art, gestuel et régis par des pulsions, est un élan plein de vie et d'élégance. De construction souple et harmonieuse, ses compositions picturales s'édifient par des rythmes et des impulsions qui s'orientent vers un équilibre menant à l'essentiel. Le rêve émane des émotions qui surgissent du gestuel. Cependant cette sureté du geste ne fait pas oublier les aléas de la création, car cette graphie rythmique et musicale donne sa chance au hasard. Sur les fonds marbrés  et mouchetés se détachent des traces entremêlées ou superposées qui créent ainsi profondeur et vibrations.

L'art d'Alain Corblin est non seulement un hommage à Georges Mathieu et à l'abstraction lyrique mais c'est aussi un vibrant hommage à la vie pleine de tumulte, de fureur et de bruit avec ses plages de rêves et d'évasion.

 

 

 

ICÔNES CONTEMPORAINES DANS LA TRADITION RUSSE

Œuvres de Fusako Tanigushi
Du 23 juin au 30 septembre

femme présentée de face à mi-corps portant une couronne, un sceptre et une église  

 

Cette exposition d’icônes se greffe sur le patrimoine religieux du musée et sur le patrimoine local autour de sainte Clotilde, patronne de la ville des Andelys et sainte commune aux orthodoxes et aux catholiques.

 

 Les œuvres de l'artiste suivent la méthode traditionnelle qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours assurant l’étonnante continuité de cet art dédié à la religion et au sens théologique profond. Le travail de l’iconographe est représenté par son matériel (stylets, pigments).

 

 Fusako Taniguchi est née à Tokyo. Après une licence en art plastique, elle travaille dans les mass média japonais en tant que dessinatrice pendant 10 ans. Cette expérience la fait s’interroger sur la finalité de l’existence. En France, elle suit des études religieuses d’archéologie et d’iconographie chrétienne à Paris, et rencontre le  Père Georges Drobot, prêtre orthodoxe russe et iconographe qui lui enseignera cet art sacré. Finalement, elle se convertit à l’orthodoxie. Depuis 16 ans, elle vit retirée dans la campagne sarthoise, dans la région des Pays de la Loire.

 

  

INVITATION A LA PROMENADEScène urbaine : des passants dans une rue, une terrasse, une église

 Œuvres de Claude-Emile Texier, peintre figuratif de Gisors
Du 3 mars au 29 avril 2012

Originaire du Poitou, Claude-Emile Texier s'est installé à Gisors depuis un peu plus de 40 ans. Autodidacte, il pratique la peinture à l'huile depuis 20 ans.

Claude Emile Texier a longtemps été influencé par les paysages du Marais Poitevin dont les harmonies et les dégradés de verts se fondent au gré de la lumière et de ses reflets dans l'eau. Sans abandonner la nature, l'artiste commence à s'intéresser aux scènes urbaines. Il réalise au gré de l'inspiration des façades, des toits, des intérieurs de Paris et de Barcelone. Depuis peu, des personnages viennent animer les compositions par le jeu des attitudes et des postures. Ces figures ont fini par devenir le sujet principal. Au hasard de ses promenades dans Paris et dans Gisors, ces scènes animées sont devenues une production privilégiée de l'artiste. Claude Emile Texier pratique les techniques de fondus, de dégradés, de camaïeux où il s'essaie à la création d'une unité picturale. L'amour de la lumière et celui des fondus de couleurs de sa première période lui a donné envie de s'aventurer à peindre des scènes nocturnes dont les atmosphères se prêtent bien au jeu du clair-obscur. L'artiste aime créer des athmosphères sereines où le spectateur est invité à se reposer lors de promenades au bord de l'eau, à flâner en regardant des scènes animées.

 

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil EVENEMENTS Expositions passées